Initiation à la céramique

Ceramics101-01

Je vous avais promis que je vous ferais un compte rendu de mes premiers pas en céramique. J’ai un peu tardé mais voici mes réalisations et mes impressions.
Cela faisait un peu plus d’un an que l’envie de m’initier à la céramique était là, beaucoup de créations m’inspiraient et j’avais d’abord envie de voir ce qui se passait derrière le rideau et de comprendre comment les objets étaient fabriqués. Mais aussi, je voulais tenter de réaliser quelques pièces dans la ligne de mes inspirations. C’est donc avec une grande naiveté que j’ai abordé les cours. Ce qui n’est peut être pas plus mal, car je ne sais pas si j’aurais franchi le pas sinon.
Je savais bien sur que je ne pourrais pas réaliser un service de tasses à café en porcelaine translucide et finement décorée. Non, je me disais que je ferais des pièces brutes avec un décor en aplat de couleurs ou traits de pinceau abstraits. Des pièces hautement cool et pas chichiteuses.
Autant vous dire qu’on est loin de mes grandes aspirations. Parce que ça a été plus dur que prévu et ça m’a donné une jolie claque d’humilité. Et beaucoup de respect pour le travail des céramistes.
Allez, je vous raconte :

Ceramics101-02

1. Les tasses

J’ai commencé avec cette idée de tasses, des petites tasses toutes simples avec de belles couleurs comme celles que je vous ai montrées ici.
Bien sur cela sous-entendait s’initier au tour et cela faisait partie de mes envies ! Quand notre gentil professeur m’a fait la démo, cela semblait tellement évident, naturel, c’était beau.
Mais c’est là que ça a commencé à se corser.
Les gestes sont extrêmement précis, les mains, le corps se positionnent d’une manière définie, la force à appliquer et comment l’appliquer sont essentiels. C’est une chorégraphie à apprendre, un nouveau savoir-faire à apprivoiser. Donc, bien évidemment les débuts sont catastrophiques et puis peu à peu les gestes se corrigent, la terre monte et ça commence à marcher. Par contre, on ne contrôle rien, le diamètre, la hauteur de ses pièces, impossible pour moi de faire deux fois la même chose.
Ensuite, il faut affiner ses pièces, les tournasser, à l’aide d’outils aux extrémités en fer, et enlever les excédents de terre pour laisser apparaître un pied, dessiner une lèvre, creuser une courbe. Là encore, cela demande technique et patience tant on a peur de tout abîmer avec nos gestes gourds.
Et enfin, vient le moment des choix de décor. Il est possible de décorer sa pièce à l’aide d’engobes (argile délayée et colorée avec des oxydes) et d’apposer un email transparent ou encore d’appliquer des émaux de couleur.
Pour mes tasses, j’ai choisi de décorer en appliquant un aplat de couleur au départ ocre à l’extérieur et bleu roi / jaune citron / vert sapin à l’intérieur. Au final les couleurs ont eu un rendu assez différent après cuisson à haute température (indispensable quand on travaille comme moi avec du grès). L’ocre est plus proche du sable et le vert est devenu caramel !
Mais cela fait partie du charme de la discipline, il y a parfois des instabilités dans les pigments, et les réactions avec la haute température sont souvent imprévisibles. Toutes les personnes s’étant initiées à la céramique m’ont dit la même chose : on ne peut jamais prévoir !

Ceramics101-03

Ceramics101-04

Ceramics101-05

2. Le Cactus

J’avais en tête le cactus Serax et comme les tasses, j’ai du revoir les ambitions à la baisse ! J’ai choisi de travailler à la plaque, où l’on façonne ses objets à partir de plaques d’argile; et de mettre de côté les pics qu’il aurait fallu positionner puis affiner un par un, vu mon rythme de travail ce n’était pas envisageable…
Le travail à la plaque est plus abordable pour un novice, plus intuitif. J’ai pu fabriquer le corps du cactus en découpant un rectangle d’argile que j’ai enroulé et fixé sur un socle. Puis des boudins ou colombins sont venus créer les cornes. Le défi était que la pièce ne se fissure pas sinon c’était casse assurée à la cuisson. Pour le décor, j’ai opté pour un émail vert uniquement qui à la cuisson a fait des taches plus ou moins sombres.

Ceramics101-07

Ceramics101-06

Au delà de mes créations, qui sont un peu dignes du centre aéré de l’école primaire des Lilas, cela m’a beaucoup plu de réapprendre des techniques de création, de me plonger dans un domaine totalement inconnu et que l’on ne peut pas prendre à la légère. C’était aussi très paisible comme activité, rien n’est en force. J’ai toutefois été un peu frustrée du manque de prise que l’on a sur le rendu final, notamment via l’émaillage et la cuisson des pièces.
Quoi qu’il en soit, j’utilise mes tasses pour mon café du matin et mon cactus trône au milieu de mes plantes, en opération camouflage.

3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>